KRONOS : Qui sommes-nous ?

Soyez les bienvenus sur KRONOS, blog d'expression, d'information et de partage consacré à l'archéologie mystérieuse au sens large, et plus ou moins dans le même état d'esprit général que la revue belge KADATH, fondée en 1974, ou que la publication française ATLANTIS, avec son impressionnante longévité (depuis 1926). KRONOS est également ouvert à tout ce qui s'inscrit dans la démarche de chercheurs-auteurs indépendants et dissidents, comme entre autres Peter Kolosimo, Erich Von Däniken , Graham Hancock, Denis Saurat, etc. Mais tous articles ou videos concernant tout simplement l'archéologie et l'histoire antique, protohistorique et préhistorique officielle au sens large sont aussi susceptibles d'être relayés ici, comme pistes de réflexion et sources d'informations.

mercredi 20 mai 2015

Dartmoor : Un cromlech plus ancien que Stonehenge ?

A proximité su Sittaford Tor qu'on aperçoit au loin à l'arrière-plan,
un cercle de pierres renversées.
(Photo : parc national du Dartmoor)
 
 
Jusqu'alors passé inaperçu, un cromlech inconnu, cercle de pierre remontant à la nuit des temps, a récemment pu revoir le jour dans le parc national du Dartmoor, situé en Angleterre méridionale. Des archéologues ont révélé que celui-ci pourrait être au moins d'une ancienneté similaire à celle du fameux cercle de trilithes de Stonehenge, voire plus ancien encore. Pour ces scientifiques, ces vestiges démontrent que le secteur, aujourd'hui un parc national renommé, faisait jadis partie du territoire d'une grande civilisation avancée.
 

Les tests géophysiques sur le site du Sittaford Tor ont permis
aux chercheurs d'avancer une ancienneté d'au moins 4000 ans
(Photo : parc national du Dartmoor)
 
Les mégalithes composant le cercle sont tous renversés, de sorte qu'ils sont restés durant des siècles cachés par une végétation envahissante. C'est à la faveur d'un feu contrôlé, technique de brûlis destinée à dégager le terrain, que ces pierres tombées à terre ont été exhumées en 2007, de façon tout à fait fortuite. Les datations provisoires, évaluées sur la base d'analyses au carbone 14 de prélèvements effectués dans le sol, ont permis d'établir que le monument est âgé d'au moins 4000 ans, si ce n'est plus.
 
Prélèvements dans le sol du monument,
permettant d'établir des datations au radiocarbone.

 
D'un diamètre de 34 mètres, c'est le second plus grand cercle de pierres découvert à ce jour dans le parc national du Dartmoor, qui compte au moins quinze structures mégalithiques analogues.
 


Réalisée à partir de photos aériennes prises par un drone,
la reconstitution 3D ci-dessus,
que l'on doit à un Britannique du nom de Matt Cranfield,
présente de façon très claire le cromlech dans son état actuel,
mais aussi tel qu'il apparaissait avec ses pierres redressées.
 
 
Toutes les pierres sont renversées dans la même direction, ce qui suggère qu'elles ont été délibérément abattues, à une date qui reste à déterminer. Ont-elles été jetées à terre pour une énigmatique raison religieuse dès la nuit des temps ?  Ont-elles été vandalisées par un ennemi, suite à une très ancienne invasion ? Ou bien encore, le monument a-t-il été victime du fanatisme chrétien médiéval, souvent si prompt à saccager tout vestige de l' "idolâtrie païenne" ? Au stade où en sont pour le moment les recherches, il n'est à ce jour pas possible de répondre de façon certaine à ces questions.
 
De nouvelles analyses plus détaillées du site permettront peut-être
d'en apprendre plus sur les pratiques spirituelles des peuples britanniques
de la fin du Néolithique et de l'Âge du Bronze.
 
 
Les chercheurs pensent en outre que ce cercle de pierres faisait partie d'une vaste figure, sorte d' "arc sacré" formé par un ensemble de monuments du même type. La carte suivante permet de se faire une idée plus précise de la structure, et de l'emplacement du cromlech de Sittaford.

 


Il faut en effet savoir que le parc national du Dartmoor compte au moins une quinzaine de cercles de pierres. Néanmoins, cela faisait plus d'un siècle que l'on n'avait plus découvert de "nouvelle" structure semblable sur le site. A ce titre, la mise au jour de celui du Sittaford Tor, demeuré enfoui, caché au regard des mortels durant tant de siècles, constitue à fortiori un évènement archéologique exceptionnel.
 
Le cercle de pierres de Scorhill
(Parc national de Dartmoor, Angleterre)
 
Autre cercle de pierres du parc national de Dartmoor
 
 
Cercles de pierres de l'Âge du Bronze, parc national de Dartmoor
 
 "Tor" est un terme local d'origine celtique, qui signifie littéralement "colline", ou affleurement de roche. Il peut tout aussi bien s'agir de formations géologiques ou d'éminences naturelles, cas les plus fréquents, que de tumuli, de cairns ou de petites collines artificielles érigés de mains d'hommes, à une époque fort reculée. Et bien entendu, nombre d'entre eux ont fait jadis l'objet de sacralisations et de pratiques cultuelles. La région du Dartmoor, en sus d'être connue pour la rudesse de son climat, l'est aussi pour ses fameux "tors". Il est même un groupe musical de rock gothique assez réputé qui, sans doute inspiré par le caractère mystique de ce lieu nimbé de légendes et de mystères, s'était baptisé en son temps TORS OF DARTMOOR. Ceci témoigne de la renommée du site anglais, lequel demeure néanmoins méconnu du grand public francophone. Pourtant, l'étendue de cet ensemble et le nombre de monuments mégalithiques qui le composent indiquent de façon certaine qu'il s'est longuement agi ici d'un centre cultuel de première importance. Les vestiges que l'on y trouve n'ont certes pas le gigantisme imposant de l'illustre cercle de Stonehenge. Mais c'est un lieu étrange, voire "magique". Un de ceux, exceptionnels, sur lesquels souffle l'esprit, pour reprendre une jolie formule de Maurice Barrès. Les landes sauvages et désolées du Dartmoor nous livreront-elles un jour quelque secret oublié ?  Nous en diront-elles plus sur les us et coutumes, sur les croyances spirituelles de nos lointains aïeux ?
 
Les cromlechs constituant l' "arc sacré" du parc national
de Dartmoor forment presque tous des cercles parfaits
 

Ces lieux trop longtemps négligés méritent en tout cas qu'on leur accorde enfin toute l'attention qu'ils méritent, eu égard à leur caractère exceptionnel, voire unique. Et si, d'aventure, vous voyagez dans le sud-ouest de l'Angleterre, n'omettez pas d'aller leur rendre visite. Situés dans une magnifique région, aux portes des Cornouailles, ils valent assurément le détour.
 
Hans CANY

 

Contexte géographique :
le parc national du Dartmoor, en vidéo.











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire