KRONOS : Qui sommes-nous ?

Soyez les bienvenus sur KRONOS, blog d'expression, d'information et de partage consacré à l'archéologie mystérieuse au sens large, et plus ou moins dans le même état d'esprit général que la revue belge KADATH, fondée en 1974, ou que la publication française ATLANTIS, avec son impressionnante longévité (depuis 1926). KRONOS est également ouvert à tout ce qui s'inscrit dans la démarche de chercheurs-auteurs indépendants et dissidents, comme entre autres Peter Kolosimo, Erich Von Däniken , Graham Hancock, Denis Saurat, etc. Mais tous articles ou videos concernant tout simplement l'archéologie et l'histoire antique, protohistorique et préhistorique officielle au sens large sont aussi susceptibles d'être relayés ici, comme pistes de réflexion et sources d'informations.

mardi 26 janvier 2016

L'homme d'Altamura : une curiosité archéo-géologique


La paléontologie et la géologie, voire la minéralogie, sont des sciences qui interagissent parfois de manière inattendue. L'Homme d'Altamura en est indéniablement l'exemple-type.

Le corps humain ancien dont il est ici question fut découvert  en 1993 dans une grotte située près de la petite ville d'Altamura, située dans les Pouilles, au sud de l'Italie. Ces restes préhistoriques présentent la particularité remarquable d'être partiellement recouverts par des concrétions de calcite, au sein desquelles ils sont littéralement incrustés. Ce dépôt de calcite (carbonate de calcium) s'est formé au cours des millénaires avec le ruissellement des eaux de la grotte, saturées de matière minérale.

Les ossements, d'aspect extraordinaire, reposent au fond d'un puits naturel dans lequel l'individu est probablement tombé accidentellement et y est mort d'inanition, à moins qu'il n'y ait été précipité intentionnellement, dans le cadre d'un meurtre ou d'un sacrifice rituel.

Le squelette étant en grande partie pris dans sa gangue de calcite, à l'exception de quelques parties dont le crâne, l'ensemble de la découverte a été laissé in situ.
Néanmoins, un petit fragment d'os a pu être prélevé, et les analyses ADN dont il a fait l'objet ont permis de déterminer que l'homme était un néandertalien, espèce distincte de l' homo sapiens sapiens auquel s'apparentent les humains modernes. Elles ont en outre permis d'établir une datation approximative comprise entre 150 000 et 182 000 ans, faisant ainsi de l'Homme d'Altamura le plus ancien squelette de néandertalien dont il a été possible à ce jour  de reconstituer le génome.

Hans CANY






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire